Agitatis Ultramarini

Space marine : ultramarine de face

Warhammer 40000 est un jeu de figurines édité par Games Workshop, dans lequel on manie des armées entières pour 1) protéger une forteresse contre les invasions d’immondes hérétiques, 2) envahir les forteresses de ces minables humains, 3) détruire toute vie sur la planète, 4) tout kasser paske c’est rigolo, 5) simplement taper l’armée d’en face… Pendant des heures – une partie peut durer une après-midi entière.

Et là où c’est intéressant, c’est qu’avant de jouer, on construit – littéralement – son armée. Les figurines de plastiques sont vendues en grappe, il faut les découper, les poncer, leur passer une sous-couche, et les peindre.

Sans jamais y avoir joué, je connais le monde de Warhammer 40000 depuis de nombreuses années : j’ai joué au jeu vidéo Dawn of War (adoré), j’ai lu quelques livres sur l’univers (l’Amoureux a beaucoup de Codex et livres divers), et dernièrement je suis en train de lire des romans sur les aventures de Ciaphas Cain, un commissaire à la réputation de héros, car il se retrouve toujours dans des situations épouvantables dont il sort vivant, en ayant sauvé la plupart de ses hommes, mais qui n’aspire qu’à la tranquillité et fait tout pour se faire envoyer dans des coins où il ne se passe rien – et qui est de fait particulièrement égoïste, il le reconnaît lui-même.

Et à la fin du gros recueil, il y a, comme dans tous les romans de Games Workshop, une invitation à une initiation au jeu sur présentation dudit roman.

Ce dont nous profitâmes, l’Amoureux et moi, samedi dernier.

L’idée, c’était de faire une petite partie simple et rapide, et de peindre chacun une figurine, histoire de toucher à toutes les facettes du jeu.

Le gérant nous a donné à chacun un petit Space Marine, et hop, c’est parti. J’ai choisi le chapitre des Ultramarines (couleur de base : bleu), et l’Amoureux les Blood Angels (couleur de base : rouge). Je n’ai pas fait de photo de chaque étape, j’ai oublié…

Étape 0 : la sous-couche

On passe de manière uniforme une peinture spéciale, noire, assez liquide, qui sert essentiellement à couvrir le gris du plastique et à permettre une bonne accroche de la «vraie» peinture par-dessus.

Étape 1 : la base

Il y a trois types de peintures : la base, le lavis (shade en anglais) et le layer (je ne sais plus le nom en français), toutes sont de l’acrylique. La première est une peinture relativement épaisse, bien couvrante, que l’on va appliquer au pinceau standard tranquillement partout sur notre Space Marine, en essayant de ne pas laisser de coups de pinceau. Les chapitres que nous avions choisi ont une armure monocolore, c’était plus simple pour une première fois. Exception : l’arme, qui sera peinte avec une couleur métallisée.

Étape 2 : le lavis

Le lavis est une peinture extrêmement liquide et légère – au rendu on dirait presque de l’aquarelle. On la balance négligemment sur toute la figurine avec un pinceau souple et large, et sa fluidité va la faire pénétrer dans tous les coins et y rester : ainsi les détails seront mis en valeur sans grand effort.

Étape 3 : l’éclaircissement

Là, les choses – un peu plus – complexes commencent : il faut choisir un côté où la lumière tapera (même si c’est un peu artificiel, vu que pour jouer on ne se souciera pas vraiment de ça) afin d’éclaircir les détails.

Il y a au moins deux techniques : le brossage et le surlignage. Les deux utilisent une peinture assez épaisse. Pour le brossage, on met un peu de peinture sur un pinceau court et raide, et on l’en enlève presque entièrement, comme en homéopathie. Puis on passe sur les endroits que l’on veut, en brossant légèrement, pour ne laisser qu’une fine couche plus claire. Souvent on va utiliser deux peintures de couleurs différentes, du plus foncé vers le plus clair. Le brossage donne souvent un aspect un peu abîmé, un peu vieux, ce qui m’allait très bien. Le surlignage consiste à dessiner avec une peinture claire les traits d’éclaircissement : plus compliqué, et pas adapté partout – je trouve personnellement que ça donne un rendu artificiel.

Étape 4 : l’arme

Il y a plusieurs écoles : certains peignent l’arme en même temps que la base, mais la peindre en dernier permet de faire moins attention au début, car on peut déborder sur l’arme (allez peindre des doigts qui font 1 dixième de millimètre de large sans déborder, hein).

Ici, on est parti sur une peinture métallisée, un lavis noir, et un brossage avec une autre peinture métallisée plus claire.

Étape 5 : les détails

Ici, on a peint en métallisé (et lavis noir) les jointures aux genoux, aux aines, les tuyères du backpack, de bouts du casque… Il y a aussi les sacoches, peintes en marron, lavis marron, et les arêtes ont été éclaircies, cette fois au surlignage. Pour ma part, les Ultramarines ont les bords des épaulières en doré (je n’ai pas passé de lavis dessus). Mais suivant les figurines, les détails vont varier : en effet, dans une même grappe, les figurines n’ont pas toute la même position, la même arme, le même équipement.

Après bien deux heures de travail minutieux, plusieurs déclarations du type «allez c’est fini j’y touche plus» suivies d’un «ah mais attends j’ai pas fait ça», et de nombreuses retouches (l’aigle bicéphale du bolter de mon Ultramarine a pris pas moins de 8 couches de peinture : la sous-couche, la base métallisée, du blanc pour essayer, le lavis noir, le brossage métallisé, un peu de couleur os et encore du blanc parce qu’on ne le distinguait plus, et un repassage en métallisé parce qu’on aurait dit du vieux Tipex), enfin on a décidé que nos figurines étaient achevées.

Il y a bien eu un accident : le backpack du Blood Angel s’est détaché (il était emmanché dans le dos de la figurine, avec une petite tige de plastique), et la tige était cassé. Le gérant est arrivé à la rescousse, et a effectué un contre-perçage : avec une vrille fine, il a démoli la tige des deux côtés. Puis il a coupé un trombone et l’a collé dans les deux trous. Et voilà, un Space Marine avec son backpack tout neuf !

Space marine : ultramarine de face (2)

Space marine : ultramarine de dos

Space marine : blood angel de face

Space marines : ultramarine et blood angel

Laisser un commentaire