Couture : fabrication de pochon

Ce qui suit est un vieux texte, posté sur un forum disparu depuis, mais je me suis dit que c’était toujours utile 🙂


Ayant réalisé dernièrement deux petits sacs en tissu, ou pochons (dialecte nantais, semble-t-il :P), je me propose de vous faire partager la fabrication étape par étape.

Tout d’abord, le plan de travail.

Plan de travail

  • du tissu, un rectangle de 19 x 24 cm, pour permettre une doublure et aussi une coulisse pour y glisser un lacet de fermeture
  • le lacet en question, du lacet ciré
  • un fermoir de type ‘sport’ mais en fait il est très sobre et va très bien avec le tissu choisi
  • du fil, une aiguille
  • j’avais un modèle, un petit sac ayant contenu un bijou, photographié ventre à l’air ici
  • du, heu, lait concentré sucré 😮 pour compenser les lourds efforts

Le patron, en mieux fait :

Patron

Tout d’abord, mesurer et découper le tissu. Droit, c’est mieux. Là.

Mesurer

Coulisse-cousue

Ensuite, le replier, pour doubler l’épaisseur : l’objet à y mettre, une pierre, est assez lourd.

Encore un repli, pour créer la coulisse, on le fixe avec des épingles.

Épingler

Puis un dernier, qui définira la taille finale du pochon (épingles derechef) : bien veiller à ce que la partie du tissu qui sera apparente (couleurs, motifs désirés, etc) soit à l’intérieur !

Plier

Bon, j’aurais dû coudre la coulisse avant de replier, ç’aurait été plus simple, mais, heu, j’ai oublié :roll:. Donc je couds de l’intérieur, pas difficile mais contraignant. Hop, on repart dans l’autre sens, pour compléter et solidifier la couture (coupe transversale en ASCII, woohoo : ===== est plus solide que _-_-_ ).

Coudre la coulisse

Coulisse-cousue

Couture finie

Et nous pouvons maintenant cacher toutes ces (vilaines) coutures (toutes moches)(à la main)(pas droites) et les replis.

Retourner

Aussitôt dit…

Retourné

Le pochon retourné :

Presque fini

Dernière étape, le lacet. On le glisse simplement dans la coulisse, car il est assez rigide et tient bien la route. Mais il arrive bien un moment où ça devient plus dur, ça s’appelle notamment un pli. Donc, ze technique (écoutez bien tata Kai, ça peut vous servir si vous êtes un jour au fond du gouffre qui était votre maison avant l’effondrement de la poche de gypse qui était dessous, en compagnie de votre charmant voisin et un zombie affamé qui… ah non c’est pas ça 🙄 ), c’est de glisser entre les coutures une épingle, de piquer le lacet, et de le tirer vers l’avant, puis lâcher, déplacer l’épingle, et de recommencer. (je ferai un schéma si ce n’est pas assez clair)

Épingle à coulisse

Lorsque le lacet ressort, le couper à la bonne longueur, glisser les deux extrémités dans le fermoir, puis faire un nœud plus loin.

Lacet enfilé

Et voilà ! L’opération a pris environ une heure et quart pour le deuxième pochon, moins pour le premier (parce que voilà, pour le deuxième, les photos, les poses, le trac, tout ça…)

Ouverts

Fermés

Conception et réalisation : AkaiKen

Photographies et support moral (et fournisseur de carburant) : Eawyne

Tissu : CB Tissus, place Sainte Claire, Grenoble

Menus objets : DMC Creative World, Grenoble

Retournage de gant : LucasArts (*ne veut plus de StarWars*)

(ah pis si vous voulez voir un *vrai* pochon, pas un tissu replié avec un patron à main levée, allez là)


Cet article a bien 5 ans, et les pochons tiennent encore le coup. Le mien est dans mon sac, toujours. Il va bien. Son jumeau aussi (et le porteur du jumeau aussi :3 ).

 

Laisser un commentaire